Vers la fin de la vidéosurveillance analogique

Annoncée depuis de nombreuses années, la fin de la vidéosurveillance analogique n’a pas été aussi rapide que prévue.

D’une fiabilité à toute épreuve, la vidéosurveillance analogique a toujours été garante d’un fonctionnement constant et sans maintenance. Cette caractéristique laisse aujourd’hui des installations fonctionnelles qui n’ont jamais été maintenues et mise à jour.

La différence entre la vidéosurveillance analogique et l’IP

La vidéosurveillance sur IP apporte de nombreuses améliorations par rapport à l’analogique :

  • Utilisation du réseau informatique (câblage déployé en masse avec un coût d’accès réduit)
  • Utilisation des ressources informatiques (serveurs, stockeurs, NVR, switch…) rendant ainsi des installations potentiellement illimitées.
  • Augmentation de la qualité des images grâce à des caméras équipées de capteurs mégapixels ( HD, Full HD, 4K…)
  • Analyse d’image avec l’emport de technologie embarquée dans la caméra permettant une aide à la décision (franchissement de lignes virtuelles, flânerie, attroupement…)
  • Interaction avec d’autres systèmes de sécurité (alarme intrusion, contrôle d’accès, interphonie …) apportant ainsi une gestion complète et centralisée des équipements de sécurité d’un bâtiment.

Au départ dissuasif en raison d’un coût élevé des caméras et des NVR, la technologie IP est devenue aujourd’hui abordable et très attractive aux vues des améliorations considérables que celle-ci apporte.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre page sur la vidéosurveillance.

Quid du remplacement des caméras défectueuses

Devant gérer 2 chaines de fabrications indépendantes depuis l’arrivée massive de l’IP, les fabricants en profitent pour réduire considérablement leurs références sur la vidéo analogique.

Il est de ce fait devenu difficile de trouver des équivalents pour des produits datant de quelques années, allant même jusqu’à la disparition pur et simple de gammes de produits.

BOSCH a donc supprimé de son catalogue d’avril 2017 les matrices vidéos, les éléments qui les composent ainsi que les pièces de remplacement.

Même les produits les plus vendus (caméra, DVR…) sont réduit à des gammes offrant le strict minimum.

Les technologies de transition comme le SDI

Apparu avec l’arrivée des caméras megapixels, la technologie SDI, HD-CVI, HCVI… permet d’avoir une image HD tout en conservant le cable coaxial propre à la vidéo analogique.

Cette technologie prônée par de nombreux distributeurs et installateurs leur permette de vendre du matériel sans penser aux conséquences pour le client. En effet, il n’existe pas de standard et vous vous attachez à une marque pour les caméras et les enregistreurs ( les deux sont indissociables). De plus la transmission des images utilise le câble coaxial (Kx6 ou Kx8), réservé uniquement à la vidéo analogique et offrant de faibles performances au regard des câbles Ethernet.

Privilégiez donc, dans le cadre d’un basculement vers l’IP, les technologies Hybrides permettant sur un même enregistreur d’avoir des entrées analogiques et des entrées IP.

Comment appréhender au mieux la fin de la vidéosurveillance analogique

Dans un premier temps, il est nécessaire de diagnostiquer le système en place :

  • Nombre de caméras, d’enregistreurs, de postes de consultation
  • Date moyenne de l’installation
  • Y a t’il eu une maintenance sur l’installation ?
  • Y a t’il des éléments réutilisable ?

Dans une seconde partie, faites vous conseiller, en effet la transition peut se faire en plusieurs étapes. Il est important de travailler en premier lieu sur la partie enregistrement (NVR hybride, NVR ou VMS) puis dans une seconde partie sur les caméras si le budget ne permet pas un basculement complet.

Enfin un mixte temporaire entre les caméra IP et analogiques peut se faire grâce à des encodeurs permettant d’installer une caméra analogique sur un réseau IP permettant ainsi un bon compromis de transition.

La fin de la vidéosurveillance analogique est un changement majeur d’un système de sécurité, n’hésitez donc pas à nous consulter pour étudier les solutions que nous pouvons mettre en place.